Brève histoire de la loge Albion No 2

L‘histoire commence en 1752, lorsque, le 12 juin, une charte est émise à la loge n°9 («Antients»), sur le registre d’Angleterre. Très peu est connu de cette loge puisque les détails de son existence demeurent masqués par le voile du temps, mais il semble qu’elle soit restée dormante durant quelques années.

L’histoire reprend en 1781 avec la fondation de la loge n°213 (Antients) dans la ville de New York, le 3 juillet, au sein du 4ème Régiment Royal d’Artillerie. Cette loge prit d’ailleurs une part active à la fondation de la Grande Loge Provinciale de New York (Antients), le 5 décembre 1782. C’est au cours de cette tenue que la loge n°213 se voit décerner le privilège d’orner son tablier d’une bordure dorée, à l’image de l’uniforme de son régiment.

Après un bref séjour à St-John, à Terre-Neuve, le 4ème Régiment retourne à Woolwich, en Angleterre, sa base d’origine.

Le 20 décembre 1787, à la demande du Grand Secrétaire du moment, Lawrence Dermott, la loge n°213 achète la charte n°9 pour cinq guinées à la Grande Charité, une pratique assez courante à cette époque.

En 1790, le 4ème Régiment reçoit l’ordre de franchir une nouvelle fois l’océan, pour s’établir dans la ville de Québec. Le 11 juin 1790, les frères se réunissent une dernière fois à Woolwich pour élire

les officiers en poste pour les six mois suivants. Ce n’est que cinq mois plus tard, soit le 4 novembre 1790, que la première réunion est tenue à Québec, au domicile du Frère Wade, sous la direction du

Sceau 4R

Il convient de noter que la loge n°9 entretenait déjà d’excellentes relations avec la loge n°241 (Antients). Celle-ci deviendra plus tard la loge St-John n°3, G.R.Q., qui partage actuellement avec Albion et le lieu de réunion et l’amour fraternel.Capitaine Edward Byrn, P.M. Désormais, la loge ne quittera plus cette ville.

Avec l’union des «Antients» et des «Moderns» en une Grande Loge d’Angleterre de «Maçons Anciens, Francs et Acceptés», survenue le 27 décembre 1813, jour de la St-Jean, la loge prend officiellement le nom qu’elle utilisait déjà depuis quelque temps «Albion n°17». La charte n°9, toujours conservée à Québec, ayant été initialement émise pour une loge «militaire et ambulante», une deuxième charte, «civile et sédentaire», est émise par la Grande Loge d’Angleterre au nom de «Albion n°17», le 27 janvier 1829. Cette charte fut confirmée par le Plus Vénérable Grand Maître John Hamilton Graham, lors de l’affiliation de la loge Albion à la Grande Loge du Québec, le 27 décembre 1869.

Les frères la loge n°9 tinrent initialement leurs réunions en différents endroits, dont la maison du frère Wade et la caserne de l’Artillerie (caserne dauphine), au-dessus du mess des officiers. Plus tard, les tenues se déroulèrent dans l’auberge du Chien d’Or, ayant appartenu au Frère Prentice et sise à la rue Du Fort, qui sera connue sous le nom de «Freemasons’ Hall». Enfin, le 8 août 1861, les Frères de Québec posèrent, en grande pompe, la pierre angulaire du nouvel édifice qui abritera dorénavant leurs tenues, rue des Jardins. Cet événement mémorable fut relaté en détail dans un article du journal Mercury de l’époque

Bijoux Albion

Parmi les autres faits remarquables de l’histoire d’Albion, il convient de mentionner la pose de la pierre angulaire du monument à Wolfe et Montcalm, qui se dresse toujours fièrement à l’ombre du château Frontenac, dans la vieille ville. En cette journée du 15 novembre 1827, en présence du Comte de Dalhousie, Gouverneur Général, le Grand Maître Provincial, l’Honorable Claude Dénéchau, assisté des officiers de la Grande Loge Provinciale et des loges Albion, Merchants, St. John’s, Sussex, St. Andrew’s et «Les Frères du Canada», procède à la pose de la pierre angulaire avec les cérémonies maçonniques de circonstance.

«Un fait notable de cet extraordinaire événement est que, à la demande du Gouverneur, le B.V. James Thompson, […] dernier survivant de l’armée de Wolfe, âgé de 95 ans, donna les ‘trois coups mystiques’ avec le maillet, sur la pierre angulaire.»

Force est de constater que les premières 250 années de l’existence d’Albion ont été riches en événements admirables qui ont ponctué son histoire et ont contribué à sa renommée. Il est indéniable que d’autres événements, tout aussi remarquables, nous attendent au détour des sentiers de l’avenir.

Recent Posts